Liberté d’expression

La liberté d’expression est consacrée par la loi fondamentale du Sénégal, mais elle n’est pas totalement respectée, car des nombreux ouvrages critiquant la gestion du régime en place sont interdits de parution au Sénégal, ce qui pose un problème réel de liberté d’expression et d’opinion.

Cas reportés:

  • Abdou Latif Coulibaly directeur du magazine la GAZETTE continue de payer pour son engagement pour le respect des principes de bonne gouvernance et de la démocratie.  Il été ainsi cité en comparution directe au Tribunal Régional hors classe de Dakar avec Aliou Mané et Alioune Badara Coulibaly journalistes à la GAZETTE pour diffamation et complicité de diffamation par Thierno Ousmane Sy, Conseiller Spécial du Président de la République des NTIC et Chargé du processus de vente de la troisième licence de Télécommunication au Sénégal, le 14 septembre 2010; à propos des 20 milliards de franc CFA de Commission de SUDATEL qu’il aurait touché en septembre 2007.

Liberté de mouvements et de manifestation

La liberté de mouvement et de manifestation est garantit au Sénégal; bien que la première est plus ou moins respectée; la seconde connait certaines limites, beaucoup de marche pacifique de protestation et dénonciation restant encore interdite au Sénégal sur la base subjective et controverse de menace de troubles à l’ordre public.

Liberté d’association

Au Sénégal, il existe un régime déclaratif d’association d’où l’effectivité de cette liberté.

Recommandation

  • Renforcer les rapports Etats-société civile;
  • Soutenir le dynamisme des cadres de promotion et de protection des défenseurs des droits de l’Homme au Sénégal.