Le militant congolais des droits de l’Homme, Floribert Chebeya serait décédé d’un arrêt cardiaque consécutif à des violences. L’autopsie a été rendue publique par des médecins légistes néerlandais et congolais, le vendredi 9 juillet 2010.

La famille veut désormais savoir ce qui s’est exactement passé entre le 1er et 2 juin 2010, alors que le président de l’ONG La Voix des Sans-Voix, Floribert Chebeya a été convoqué à l’inspection générale de la police de Kinshasa. Crime prémédité ou accident au cours d’une séance de torture?

Le colonel Daniel Mukalay, premier suspect interpellé, aurait déclaré «qu’il n’y avait pas intention de lui donner la mort». Mais pour certains criminologues, les raisons même de l’invitation du directeur exécutif de la Voix des Sans-Voix à l’inspection générale de la police, peuvent être révélatrices d’un meurtre prémédité. La disparition du chauffeur et beau-frère de Chebeya, introuvables jusqu’à ce jour, peuvent, toujours selon les mêmes criminologues, être des indices supplémentaires pour approfondir l’enquête.

(source: Fasozine)