Mieux connaître le fonctionnement et l’utilisation des systèmes régionaux et internationaux de protection des droits de l’homme pour se défendre et défendre le précieux travail que font les défenseurs des droits de l’homme.

C’est l’objectif de l’atelier qui s’est ouvert ce lundi 19 juillet 2010 à Novela Star à Lomé. Initié par Le Service International pour les Droits de l’Homme (SIDH) en partenariat avec le Réseau Ouest Africain des Défenseurs des Droits Humains (ROADDH), l’atelier regroupe près d’une trentaine de membres des coalitions nationales du Réseau.

Les défenseurs des droits humains jouent un rôle clé dans la promotion et la protection des droits de l’homme. Ils travaillent à la sensibilisation aux droits de l’homme, à la surveillance et à la documentation des violations des droits de l’homme. C’est pour cela que cette formation est organisée dans le but de renforcer les capacités des coalitions nationales dans la saisine des mécanismes de protection des droits de l’homme, ainsi que des activités de plaidoyer et de lobbying au niveau des pays de la sous-région.

M. Diallo Abdoul GADIRY, coordonnateur du Réseau Ouest Africains des Défenseurs des droits Humains a souhaité la bienvenue aux invités de marque et aux participants.

Après avoir souligner les objectifs de l’atelier, il a fait un bref survol des conditions de selection puis évoqué le rôle qui sera dévolu à chaque point focal du réseau en matière de facilitation de la saisine des différents mécanismes.

Il a exprimé sa reconnaissance et ses vives remerciements aux autorités togolaises et au président de la Commission National des Droits de l’Homme du Togo qui a toujours oeuvré aux côtés du ROADDH pour renforcer l’action de promotion et de protection des droits de l’homme.

M. Clément VOULE, représentant du SIDH, a souhaité une chaleureuse bienvenue aux participants à cet atelier de formation des points focaux du ROADDH.

Le SIDH, a-t-il dit, ne cesse d’apporter son soutien au renforcement de capacité des défenseurs des droits humains dans la sous région oeust africaine depuis 2005.

D’abord le SIDH apporte son soutien pour la promotion, la protection et la défense des droits des défenseurs des droits de l’homme, puis continue de prendre les mesures nécessaires pour légitimer le travail des défenseurs des droits humains..

Avant de remercier la Fondation Ford pour son soutien financier pour l’organisation de cet atelier, M. VOULE a appelé les participants à faire de cet atelier un modèle à travers l’accroissement de leur engagement avec les mécanismes.

Le président de la Commission National des droits de l’homme du Togo, M. KUNTE Koffi, a, pour sa part salué la tenue de cet atelier de formation des formateurs et a estimé qu’il n’était qu’une concrétisation des efforts fournis depuis le début des processus de démocratisation au Togo.

Il a souhaité bon travaux aux participants et les a convié à prendre meilleure parties de cette formation.

Enfin, avant de prononcer officiellement l’ouverture de cet atelier, la Ministre des Droits de l’Homme, de la consolidation de la Démocratie et de la formation civique, Madame Léonardina Wilson de Souza, a estimé que le choix du Togo pour abriter cet atelier n’est pas un fait du hasard.

Elle a dit que le gouvernement et toutes les personnes de bonne volonté s’evertuent par des moyens divers à consolider les acquis dans le domaine du renforcement de l’Etat de droit et de la consolidation de la démocratie.
Elle est heureuse de constater que le Réseau ouest africain des défenseurs des droits humains s’inscrit parfaitement dans cette nouvelle dynamique en raison du souci de ses responsables de renforcer les capacités de ses points focaux.

A travers ces formation, a-t-elle dit, l’occasion est particulièrement propice pour souligner le role qui imcombe aux organisations non gouvernementales et à la société civile dans l’éducation des populations à s’approprier les valeurs citoyennes républicaines susceptibles de favoriser l’enracinement de la paix, la culture des droits humains et le renforcement de l’unité continentale.

Au cours de cet atelier de 5 jours, la formation se portera essentiellement sur:

1. La saisine des mécanismes de protection des droits de l’homme, et principalement ceux relatifs aux droits des défenseurs des droits de l’homme, tant au niveau africain qu’onusien;

2. L’utilisation efficace et accrue des stratégies de lobbying et de plaidoyer aux niveaux national, régional et international, afin d’engager les Etats de la sous région dans la mise en œuvre de leurs engagements internationaux et régionaux en matière de droits de l’homme.

Les participants auront droit à plusieurs communications relatives au thème de l’atelier qui seront données par des personnes ressources.