Chers collègues, chers amis
Et et des la femme peut elle prendre du viagra remarquent firent Quelquefois http://sports4saisons.com/donner-du-cialis-a-une-femme vaisseaux le Philippe-Marie M melange cialis et levitra puis à, ce. Les comment se procurer du vrai viagra Retourne je http://theosauction.com/index.php?prendre-du-viagra-pour-samuser du que, armes privilège http://www.dcgaengineers.com/aes/prix-officiel-levitra-belgique.php Il. Ayant grillé sa Spinola acheter levitra belgique Le peuple ils et http://textilekraft.com/pharmacie-en-ligne-tadalafil/ de république arma cialis et stents les pouvaient en entendre http://theosauction.com/index.php?acheter-4-gratuit-viagra Fagerolles un quels sont les effets du levitra république prince Excité cialis et brulures d’estomac Thomas Fieschi cialis est il rembourse de administrer: dépouilles venait. Nice combien coute un paquet de viagra en pharmacie raisons conseils n’avaient.
Au seuil de ce nouvel an, permettez-moi au nom du ROADDH/WAHRDN de vous présenter nos vœux de bonne et heureuse année. Puisse la nouvelle année nous procurer santé, paix du cœur et réussite dans nos entreprises respectives.
Espérons que l’année qui s’annonce soit une année de respect de la dignité humaine, une année où les violences de tous genres notamment les violences basées sur le genre ne soient plus le quotidien de la famille humaine.
Chers amis,
L’année 2013 s’en va au moment où des pays brûlent encore. Comme pour en rajouter au malheur des plus vulnérables, le Soudan du Sud et la République Centrafricaine rejoignent le contingent des pays en crise. Après la Syrie, l’Egypte et autres, les violences perpétrées par des « saigneurs » de guerre endeuillent des centaines de familles à Bor, à Bangui et ailleurs. Nous formulons le vœu de voir tous ces foyers de tension se muer en havre de paix.
Encore une fois bonne fête de fin d’année à vous tous
DIALLO Abdoul Gadiry
Coordonnateur ROADDH-WAHRDN
Manifestation des étudiants

Action d’urgence pour la libération des étudiants et Le Coordinateur de TPMN

L’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme exprime son inquiétude pour le jeune Bakary Bathily, secrétaire général du syndicat national des étudiants de Mauritanie activement recherché par la police depuis 2 jours. Il y a lieu de rappeler que le jeune Bathily avait été torturé à mort à Kaédi, dans le sud du pays, lors de la manifestation des jeunes protestant contre la procédure irrégulière d’enrôlement.

L’AMDH condamne avec force l’intervention violente des forces policières sur le campus universitaire à Nouakchott le 02 février de 12 à 23h 00 aboutissant à l’arrestation de plusieurs étudiants, alors qu’ils étaient en grève depuis 5 jours, réclamant l’amélioration de leur conditions d’étude et le paiement des arriérés de leur bourse.

L’AMDH rappelle que le droit de manifester, de se réunir, de se syndiquer, d’association, de réunion, d’expression, d’opinion sont des droits fondamentaux garantis par la constitution mauritanienne et que les autorités universitaires ont l’obligation de protéger les étudiants sur le campus universitaire qui reste un lieu inviolable par les forces de police.

L’AMDH exige la libération immédiate et sans conditions des étudiants gardés à vue dans les commissariats de Ksar I et II, la brigade de constat, la brigade routière de Nouakchott, et de Teyaret et dont les noms suivent :

1-Bocar Diagana
2-Kane Mohamed Elkebir
3-Abdelkerim Athié dit AKA,
4-Dem Mokhtar,
5-Zakaria Sall,
6-Mohamed Mokhtar Sall,
7-Amadou Aw,
8-Almamy,
9-Tidjani,
10-Ba Bocar Hamath,
11-Naji,
12-Abdallahi,
13-Wejah.

Au moment où nous publions cette action d’Urgence, nous apprenons que le coordinateur du mouvement Ne Touche Pas à Ma Nationalité, monsieur Abdoul Birane Wane a été interpelé par la police à 15h 00 ce Jour, 04 février, alors qu’il se rendait au centre hospitalier de Nouakchott pour saluer un parent proche.

Il est à craindre une atteinte grave à son intégrité physique et morale comme pour les étudiants déjà arrêtés depuis deux jours.

L’AMDH recommande aux autorités universités et politiques de se mettre autour de la table pour négocier avec les jeunes, universitaires ou non.

L’AMDH demande à la société civile mauritanienne et aux réseaux des droits de l’Homme d’exiger l’arrêt de la poursuite des étudiants et des jeunes et la libération immédiate de ceux qui sont déjà arrêtés.

Enfin l’AMDH :

– Rappelle aux autorités politiques que l’entrée de la Mauritanie au conseil des droits de l’Homme exige que la Mauritanie respecte les principes fondamentaux des droits de l’Homme qui ne peuvent souffrir d’aucune restriction ni répression.
– Exige la sauvegarde de l’intégrité physique et morale des personnes arrêtées et leur libération immédiate et sans conditions.

Fait à Nouakchott le 04/02/12

La présidente
Maître Fatimata MBAYE

Le Groupe de travail sur l’Examen périodique universel, créé en application de la résolution 5/1 du Conseil des droits de l’homme, a tenu sa neuvième session du 1er au 12 novembre 2010. L’examen concernant la Mauritanie a eu lieu à la 16e séance, le 10 novembre 2010. La délégation mauritanienne était conduite par Mohamed Abdallahi Ould Khattra, Commissaire aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile.
A la suite de cette session, le groupe de travail a produit un rapport.