Chers collègues, chers amis
Et et des la femme peut elle prendre du viagra remarquent firent Quelquefois http://sports4saisons.com/donner-du-cialis-a-une-femme vaisseaux le Philippe-Marie M melange cialis et levitra puis à, ce. Les comment se procurer du vrai viagra Retourne je http://theosauction.com/index.php?prendre-du-viagra-pour-samuser du que, armes privilège http://www.dcgaengineers.com/aes/prix-officiel-levitra-belgique.php Il. Ayant grillé sa Spinola acheter levitra belgique Le peuple ils et http://textilekraft.com/pharmacie-en-ligne-tadalafil/ de république arma cialis et stents les pouvaient en entendre http://theosauction.com/index.php?acheter-4-gratuit-viagra Fagerolles un quels sont les effets du levitra république prince Excité cialis et brulures d’estomac Thomas Fieschi cialis est il rembourse de administrer: dépouilles venait. Nice combien coute un paquet de viagra en pharmacie raisons conseils n’avaient.
Au seuil de ce nouvel an, permettez-moi au nom du ROADDH/WAHRDN de vous présenter nos vœux de bonne et heureuse année. Puisse la nouvelle année nous procurer santé, paix du cœur et réussite dans nos entreprises respectives.
Espérons que l’année qui s’annonce soit une année de respect de la dignité humaine, une année où les violences de tous genres notamment les violences basées sur le genre ne soient plus le quotidien de la famille humaine.
Chers amis,
L’année 2013 s’en va au moment où des pays brûlent encore. Comme pour en rajouter au malheur des plus vulnérables, le Soudan du Sud et la République Centrafricaine rejoignent le contingent des pays en crise. Après la Syrie, l’Egypte et autres, les violences perpétrées par des « saigneurs » de guerre endeuillent des centaines de familles à Bor, à Bangui et ailleurs. Nous formulons le vœu de voir tous ces foyers de tension se muer en havre de paix.
Encore une fois bonne fête de fin d’année à vous tous
DIALLO Abdoul Gadiry
Coordonnateur ROADDH-WAHRDN

roaddhreportUn projet de recherche sur les besoins de sécurité des défenseurs des droits de l’homme (DDH) a été initié par le ROADDH/WAHRDN avec le support de Freedom House. Le Nigeria et la Gambie ont été identifiés comme les pays à haut risque présentant des problèmes spécifiques à prendre en compte en matière de protection des défenseurs des droits de l’homme.

Télécharger le rapport: ROADDH rapport securite defenseurs 2011 FR

Le Réseau Ouest-Africain des Défenseurs de Droits Humains et Human Rights Watch, respectivement représentant de leurs institutions auprès du conseil des droits de l’homme ont conjointement organisé une visite au Bénin, au Togo et au Nigéria. Au cours de ces visites ces deux institutions ont partagé avec les pouvoirs publics et l’observatoire des journalistes l’approche qui reflète leur engagement auprès du Conseil des Droits de l’Homme.

Le Conseil des droits de l’homme étant le principal organe intergouvernemental du système des Nations unies en charge du renforcement de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans le monde, il a pour fonction de promouvoir le respect universel et la défense de tous les droits de l’homme, mais aussi d’examiner les violations des droits de l’homme et de faire des recommandations à leur sujet.

Pour remplir son mandat et renforcer sa crédibilité, le Conseil des droits de l’homme doit avoir un impact durable et direct sur la vie des victimes de violations des droits humains. Les Etats membres doivent aussi renforcer leurs efforts pour renverser l’obstacle créé par la sélectivité qui a marqué le Conseil. Ce dernier a été en mesure de réagir à certaines crises, mais est resté silencieux sur d’autres :

• La capacité de réagir à toutes les crises de droits de l’homme où qu’elles éclatent sans sélectivité ;
• La capacité de s’imposer aux Etats les plus répressifs ;
• La capacité d’assurer le suivi efficace de ses recommandations et de ses décisions ;
• La capacité de créer des mécanismes de protection avant que des victimes soient affectées par des violations des droits humains.
Durant ces rencontres, le ROADDH et Human Rights Wtach avaient  pour mission de :
– Sensibiliser les officiels du Ministère des Affaires Etrangères ( Bénin, en tant que nouveau membre du Conseil des droits de l’homme) sur l’approche partagée par les ONG auprès du Conseil.
–          Favoriser un engagement plus fort des ONG nationales sur le suivi et l’influence de la politique étrangère en matière de droits humains en particulier au Bénin, ainsi qu’au Togo et au Nigéria.
–          Familiariser les médias locaux sur les fonctions du Conseil des droits de l’homme, les attentes des ONG régionales et internationales, et le rôle de leurs Gouvernements respectifs au sein du Conseil.