La question de l’impunité

 

L’impunité est le gros problème de la Guinée et représente le gros défi de ce pays à la veille du second tour des élections.

En effet; si le problème de l’impunité n’est pas résolu, la nouvelle démocratie qui se met en place sera très fragilisé.

 

Cas reportés:

  • Mamadou Aliou Barry président de l’observatoire National des Droits de l’Homme a été violenté et agresser au courant du moins d’octobre alors qu’il investigait sur des cas de violences commis par les Amembres de forces de l’ordre notamment, l’armée et la FOSEPEL (Force de Sécurisation du Processus Electoral).
  • Menaces à l’endroit du chargé de l’Organisation au sein de l’organisation guinéenne pour les droits de l’Homme (OGDH) Souleymane BAH qui a été contrait de quitter en catimini Conakry pour Dakar avec son fils pour garantir sa sécurité et celle de son fils.

 

Recommandation

  • Mettre fin à l’impunité;
  • Assurer le respect de la liberté d’expression;
  • Garantir la réussite du second tour de l’élection présidentielle;
  • Garantir la protection des défenseurs des droits de l’homme.

 

M. Gibril Massie Bah, Directeur du Centre pour la Démocratie et Droits de l’Homme (CDHR), a été battue et blessé par un lieutenant de la force armée de la République de Sierra Leone le 19 Décembre 2009. Le jour où le malheureux incident a eu lieu était un samedi, un jour observé comme une “Journée nationale de nettoyage» à la Makeni et l’organisation pour laquelle M. Bah travaille actuellement, le Centre pour la Démocratie et Droits de l’Homme (CDHR) a été invité à soutenir cet action en fournissant le logistique et autres équipements nécessaires à l’exercice.

Selon M. Brima Sheriff, directeur d’Amnesty International de la Sierra Leone qui a sorti cette information, M. Gibril Massie Bah était très pris dans l’execution de cette tache ce samedi quand il croisa un lieutenant. M. Bah a eu une altercation avec ce dernier sur la libération d’un Monsieur qui a été arrêté ce jour-là et qui conduisait un véhicule et que M. Bah connaissaient et respectaient.

Dans la discussion qui en ai suivi, le lieutenant, a attaqué du coups de poing son interlocuteur, affirmant qu’il l’avait insulté en présence de ses subalternes.

Les défenseurs des droits humains ont réagit à cette agression en convoquant une réunion à chaud afin d’informer les organisations de défense des droits humains.
Après la réunion, des actions urgentes ont été prises. Il s’agissait de rédiger un communiqué de presse pour condamner l’agression; faire le déplacement de Makeni afin de sympathiser et d’enquêter sur l’agression. Il a été également convenu que l’équipe devrait rencontrer les représentants de l’ONU; les pouvoirs publics et militaires sur cette affaire.

Participants à la réunion:

1. Brima Sheriff, Directeur d’Amnesty International Sierra Leone;
2. Charles B.P. Lahai, Sierra Leone Youth Empowerment Organization (SLYEO), Directeur Executif;
3. Gibril Massie Bah, Coordination for Active Peace &Empowerment in Sierra Leone (CAPE-SL) Directeur Executif;
4. Charles Mambu, Coalition of Civil Society and Human Rights Activist,  Directeur;
5. Ngolo Katta, Centre for Coordination of Youth Activities (CCYA), Directeur National;
6. Alfred Carew, National Forum For Human Right, Directeur Executif;
7. Mohamed .S. Kamara National Forum For Human Right, Chargé de la documentation.