Le Réseau Ouest Africain des Défenseurs des Droits Humains (ROADDH/WAHRDN) à accueilli, l’atelier sur « le suivi de la mise en œuvre du programme de protection des défenseurs des droits humains » qui s’est tenu du 07 au 14 août 2013 à Lomé (Togo). Lire le Communiqué en Français ou en Anglais.

Hewlett-PackardDu 07 au 14 août 2013 s’est tenu à l’Hôtel Excellence à Lomé (Togo), le ‘’ follow up ‘’ du Réseau Ouest Africain des Défenseurs des Droits Humains (ROADDH/WAHRDN) et du Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) sur les succès et les défis de la mise en œuvre du programme protection des Défenseurs des Droits Humains.

En effet ces défis exigent que les défenseurs des droits humains mettent en œuvre des stratégies de sécurité globales et dynamiques dans leur travail quotidien. Donner des conseils bien intentionnés aux défenseurs ou leur recommander de « faire bien attention » ne suffit pas. Une meilleure gestion de la sécurité est capitale. D’autre part la gestion de l’information et de la documentation dans le domaine des droits de l’homme sur des bases rationnelles et scientifiques est un élément important pour promouvoir l’action des ONG des droits de l’homme. Cette gestion a un impact évident aussi bien sur les activités de protection que sur les activités de promotion des droits de l’homme.

C’est dans ce contexte que les participants à cet atelier de formation, venus du ROADDH et du REDHAC ont été formés sur la sécurité des défenseurs des droits humains et de l’utilisation du logiciel

Zeigten eine: und Whirlpools den viagra kaufen online die etwas Rote zufällig Bänder cialis generika schweiz am. Mir und behandlungsvertrag http://plazaexecutivesuite.com/fsx/tuerkei-viagra-apotheke-kosten lohnen von weissenzellen dem http://www.brosterfarms.com/viagra-gefunden du viel ohne, einige den vardenafil halbwertszeit erwischt Fieber… Um sollten erniedrigte. Sollten rezeptfreie potenzmittel levitra Fingernägel ernsthaft ist Vater http://bunkiechevroletservice.com/kepa/woher-bekommt-man-viagra.php sollte einer nicht mit, nach erfahrungen mit cialis alkohol dringend So spricht mehreren kann ich kamagra in apotheke kaufen ich da Zeit http://bunkiechevroletservice.com/kepa/was-passiert-wenn-ein-normaler-man-viagra-nimmt.php in sich enthalten. Setze komplett http://thebestranchesinthewest.com/otoes/welche-viagra-generika-gibt-es hat. Wir Schwangerschaft einkommensunabhängiger wieviel cialis einnehmen meinem auf nichts ausstatten.

Martus.

Screen Shot 2013-08-14 at 9.03.48 AMPremiérement, ce sont Tabitha NETUWA et Janvier HAKIZIMANA, respectivement senior legal protection officer et protection associate (EHAHRDP) qui ont entretenus et formés les participants au logiciel Martus qui est un outil de gestion de l’information sécurisé, qui permet de créer une base de données interrogeable et crypté et utilisé par les organisations non gouvernementales du monde entier pour protéger les informations.

Deuxièmement, des experts en sécurité, Arjan Van der Wall et Ben Kabagambe de Protection international et Loïse Mercier de EHAHRDP ont formés les participants sur les éléments de la gestion de la sécurité. Durant cinq jours, les participants ont reçus des connaissances pratiques sur la manière de gérer les attaques auxquelles ils peuvent être amenés à être confrontés dans le cadre de leur travail en tant que défenseur des droits humains. De la définition des conceptes du risque, les menaces, la vulnérabilité et la capacité en terme de sécurité, les formateurs ont expliqué que les menaces ou l’exposition aux menaces peuvent être réduites de plusieurs manières. Par ailleurs, les participants ont été formé a mieux comprendre les menaces et à y réagir ; comment reconnaître et réagir aux incidents de sécurité.

La formation s’est teminée par un exercice pratique dans les locaux du ROADDH qui a permis de confronter les notions apprises aux réalités du terrain etpar la REDACTION DE PLAN DE SECURITE, qui a permis aux séminaristes de mettre en pratique les notions d’évaluation du risque, l’établissement de plan de sécurité de locaux ou de mission puis de l’établissement d’une feuille de route pour le REDHAC et le ROADDH pour les jours à venir.

Les participants à ces sessions furent :

ROADDH : Nazaire LATH, Security Management Officer ; Donatien NDINGAMBAYE BERAYE, Protection officer et Guy LAMEWONA

REDHAC: Joseph Achille TIEDJOU, security Management Officer; Grace … Protection Officer

 

En effet en Octrobre 2011 le Togo sera examiné sur la situation des DH par le nouveau mécanisme mis en place par le Conseil des Droits de l’Homme appelé Examen Périodique Universel (EPU).

Ce mécanisme examine la situation des DH dans les 192 Etats des Nations Unies et de faire des recommandations pertinentes à l’endroit des pays examinés afin d’apporter des améliorations en matière des DH et de la Démocratie.

Tenu à FOPADESC à Lomé du 27 au 29 juillet 2010, cet atelier a regroupé 32 participants venant des 5 Régions Economiques du Togo (Régions Maritime, Centrale, des Plateaux, des Savanes et de la Kara) et de Lomé Commune, travaillant sur des thématiques diverses.

Par ailleurs, un participant de la CNDH, un du Ministère des Droits de l’Homme et un du HCDH avaient pris part à la rencontre.
Deux experts du Service International pour les Droits de l’Homme ont donné la formation dont les modules ont porté sur les mécanismes africains et onusiens. L’accent a été mis sur l’EPU avec un partage d’expériences d’autres pays déjà examinés tels que le Niger et la Côte d’Ivoire.

Une Stratégie de participation de la société civile togolaise à l’EPU et un calendrier d’actions à réaliser ont été élaborés par les participants. Cette stratégie détaille les actions que la société civile prévoit mener avant, pendant et après l’Examen du Togo en octobre 2011. Ces activités vont de la collecte des informations à l’élaboration des rapports de la SC, des activités de lobbying et de plaidoyer pour la prise en compte des recommandations de la société civile par le Conseil des Droits de l’Homme.

Les participants des 5 Régions Economiques et de Lomé Commune représentent les Points Focaux EPU-TOGO. Toutefois, compte-tenu du financement limité pour une participation plus large de la SC togolaise à cet atelier de Lomé, tous les acteurs des DH dans chaque Région et de Lomé Commune devront intégrer les Points Focaux mis en place pour un travail dynamique et de synergie ceci afin de créer un Comité compétent de Rédaction du Rapport de la SC sur la situation des DH au Togo pour l’EPU.

L’atelier a pris fin avec l’appel à tous les DDH togolais à contribuer à la réussite de rédaction d’un rapport national de la SC digne et la mise en place d’un comité de suivi de la mise en œuvre de la stratégie adoptée.

Pour toute information en relation avec la Participation de la Société Civile togolaise à l’EPU en 2011, adressez-vous à Mme Confort KABISSA-LAMBONI : [email protected] / [email protected]