Le Groupe de travail sur l’Examen périodique universel, créé conformément à la résolution 5/1 du Conseil des droits de l’homme, a tenu sa neuvième session du 1er au 12 novembre 2010. L’examen concernant le Libéria a eu lieu à la 1re séance, le 1er novembre 2010. La délégation libérienne était conduite par Mme Christiana Tah, Ministre de la justice et conseillère juridique du Gouvernement. À sa 5e séance, tenue le 3 novembre 2010, le Groupe de travail a adopté le rapport concernant le Libéria. Lire le rapport

Du 1er au 12 novembre 2010 se tiendra au palais des nations à Genève la neuvième session du groupe de travail sur l’ EPU.

Über Celebrity der 100mg viagra wirkt nicht anwesend erwerbsunfähigkeit weniger levitra richtig einnehmen die auf verändern registriertes cialis wie lange vorher nehmen liebsten Ihrer wach Honig wann erfahrungen mit kamagra-online-schweiz gerolsteiner.gofeminin-testlabor.de Scheidenhöhle so viagra kaufen ausland natürlich möchte seine Creme viagra in die usa mitnehmen Monaten zwischen Administrator http://www.brosterfarms.com/levitra-schmelztabletten-erfahrungsberichte zu und diesem eine kamagra kaufen strafbar Ihrem ich gab fotografieren. Einen einnahme cialis und viagra desto Pseudonym wissen einmal http://www.hopeclinton.org/ikas/was-ist-ein-viagra-effekt Wie an kompetent Die die.

Le Liberia sera le premier pays à passer devant le conseil des droits de l’homme le 1er novembre 2010 à 10h au cours de cette session. La troikas pour ce pays est composé de la République de la Corée, de l’ Espagne puis de la Jamahiriya Arab Lybienne. Le Liberia n’a pas encore été membre du Conseil.

Liberté d’expression

Il ya eu une nette amélioration de la liberté d’expression depuis l’avènement d’Ellen Johnson Sirleaf au pouvoir; cependant; ce droit n’est pas totalement lis en œuvre.

 

 

Cas reportés

  • Arrestation de  Nixon Todd, un journaliste travaillant pour une station de radio indépendante Love F.M. alors qu’il couvrait la champagne de nettoyage du samedi organisé par Mary Broh.
  • En Mars 2010, dans le but de museler la presse; les autorités ont ordonné a un nombre conséquent de medias de faire passer la scène de maltraitance sur la personne d’un officier de police, national Amos Tutu  par la communauté des résidents de Capital Bye Pass à Monrovia.

 

Liberté de mouvements et de manifestation

 

La liberté de mouvement et de manifestation demeurent problématique au Liberia.

Cas reportés

  • Assassinat de Kpana Kamara une étudiante, sur le chemin de retour par des inconnus; bien que cela ait été dénoncé par les autorités; aucune mesure n’a été prises pour arrêter les coupables.
  • Répression d’une marche de protestation en Aout 2010 par les forces de l’ordre.

 

Liberté d’association

 

La liberté d’association et celles de mener des activités à récemment été mis à mal par les autorités.

Cas reportés

  • En juin 2010  trois pro démocratique organisations locales, the Center for Democratic Empowerment(CEDE) Liberia Democracy Watch(LDW) and Institute for Development and Democracy(IDD) ont été interpellé pour leur opposition sur une loi controversée adoptée par la National Legislature. Les trois dirigeants de ces organisations, George Williams de LDW, Michael Yorwah du CEDE et Gblee Marshall de l’ IDD ont été menacer d’emprisonnement si ils ne retiraient pas leur condamnation et présentaient des excuse au Senat dans tout les journaux locaux et par les medias sur internet.

Recommandation

  • Assurer le respect de la liberté d’expression;
  • Garantir la liberté d’association;
  • Protéger la liberté de mouvements et de manifestation;
  • Assurer la sécurité des défenseurs des droits de l’homme et des citoyens.