La Rapporteuse Spéciale sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, Margaret Sekaggya a visité le Togo du 7 au 11 Octobre 2013. A la fin de sa mission, elle a dit que la situation des défenseurs et de la société civile au Togo s’est améliorée par rapport à celle qu’elle avait pu observer en 2008 et félicite les autorités, la société civile et la communauté internationale pour les efforts consentis mais a relevé que d’importants défis subsistent. Lire Le Communiqué de presse en Français ou en Anglais.

BigLogoLa Rapporteuse Spéciale sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, Margaret Sekaggya, visitera le Togo du 7au 11 Octobre 2013. Cette visite s’inscrit dans le cadre du suivi de la première visite faite conjointement avec la Rapporteure Spéciale sur les Défenseurs des Droits de l’homme en Afrique de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples en 2008 et dont l’objet était d’évaluer la situation des défenseurs des droits de l’homme au Togo à la lumière des principes énoncés dans la Déclaration sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales universellement reconnus.

Dans son rapport sanctionnant cette visite, la Rapporteuse avait constaté que malgré les nombreux progrès du Togo, notamment pour ce qui est du cadre juridique et institutionnel les défenseurs des droits de l’homme au Togo se heurtaient toujours à une série d’obstacles qui les empêchaient de mener leurs activités légitimes. L’absence d’unité et une coordination accrues entre les défenseurs. la stigmatisation des défenseurs par des autorités qui les considèrent comme appartenant à l’opposition politique, le sort des femmes défenseurs et les difficultés inhérentes à leurs activités, les retards injustifiés dans la délivrance des certificats d’enregistrement aux ONG, les restrictions illégitimes de l’exercice des droits à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d’opinion

et d’expression, l’impunité pour les violations passées à l’endroit des défenseurs. De nombreuses recommandations ont été faite à l’issue de cette visite particulièrement au gouvernement à qui il a été demandé de prendre des mesures concrètes pour légitimer le travail des défenseurs, mais également aux défenseurs d’avoir plus de cohésion dans leur travail entre autres.

La visite d’octobre 2013 aura donc pour objectif principal d’évaluer l’état de la mise en œuvre de ses différentes recommandations et l’état actuelle de la situation des défenseurs des droits de l’homme au Togo.